Un coup du sort, ni plus ni moins
Petit Coucou

A chacun son bonheur

Il est des temps où bien que le mental soit affecté par l’ignorance des autres il faut avancer d’autant plus. Se concentrer sur ses objectifs. Et surtout penser que cette épreuve n’est ni plus ni moins qu’un rappel qu’il ne faut jamais se fier ni prendre ses habitudes avec qui que ce soit car rien n’est figé malheureusement, même pas la sécurité affective. Et cela même quand on est bon. « Trop bon trop con » me direz vous. Et oui c’est exactement ça.

Toutefois, n’allez point vous méprendre ! L’éternel optimiste que je suis ne se laisse pas marcher dessus d’autant que la randonnée est de loin une de ses passions préférées. Désormais concentré sur ses envies créatives et ses envies de lecture il tape plus vite que jamais cet article. D’une fougue libératrice je me confie.

Parce que dans cette boîte de thé il y a des élastiques, parce que j’utilise le ventilo uniquement pour son bruit afin de masquer mes conversations quand je suis au téléphone, il s’agit aujourd’hui que l’être humain si fatigué soit-il, ne soit pas si prompt quant à déterminer s’il connait réellement une situation.

C’est avant le pardon. J’avais de la haine à son égard… Mais quand le créatif que je suis a repris le dessus c’est de la pitié qui m’a traversé. Et encore aujourd’hui c’est de la pitié pour un semblable que je ressens. Pas autre chose. Enfin peut être que si… ou peut être que non ? Un sentiment de gâchis.

Pourquoi si morne soient leurs vies, ont-ils besoin d’ingérer dans celles de ceux qui se dirigent vers le bonheur ?

Côté boulot

Il est bien tôt pour se lever. En tout cas pour un renard sorcier.

A peine l’air réchauffer Ganmar s’empresse de brosser son vieux pelage roux. Termine le reste de poule de la veille. Il enfile sa cape noir de l’Ordre des Quatres Noix, ajuste son canif de diamant à sa ceinture et sort tout plein sourire pour son stock quotidien de feuilles et autres mets qu’ils ingurgitent. Toujours munies d’un chaudron de deux fois sa taille il se déplace cette fois ci avec plus d’aisance qu’à son habitude. Dans la Forêt des Trois Melons, son principal supermarché, il s’attèle à la cueillette.

D’un seul souffle d’une seule traite. Un nouveau début pour une nuit apaisée, riche de sens.

Merci à tous de m’avoir lu, j’espère que mon article vous aura plu si c’est le cas n’hésitez pas à vous abonner ( si ce n’est pas déjà fait ) et à effectuer un don pour participer à la vie du blog 🙂 Merci à vous vous êtes les meilleurs !

Ponctuel
Mensuellement
Annuellement

Faire un don ponctuel

Faire un don mensuel

Faire un don annuel

Choisir un montant

€5,00
€15,00
€100,00
€5,00
€15,00
€100,00
€5,00
€15,00
€100,00

Ou saisir un montant personnalisé


Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Faire un donFaire un don mensuelFaire un don annuel

2 Replies to “Un pied dans la marmite”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :