Ta présence me plaît, mais beaucoup moins que ton silence

Un audio pour un petit coucou

On est le Mardi 20 juillet, et qu’est ce qu’il fait chaud! Dieu merci, le travail m’a doté d’un ventilo. Sauf que…je suis malade, mal de gorge et rhume. Donc malgré une chaleur à faire griller une dorade, je suis contraint d’éviter l’eau fraiche et le somptueux tournicoteur Rowenta. A force de tisane et de miel, je serais vite remis sur pied. Ainsi ne soyez pas si prompt de jugement, en entendant ma voix.

La parenthèse du surmoi

Perdu dans mes personnages, éclairé d’une lampe à huile au lueur d’un matin, un univers fantasque se présente (à nouveau). Ces derniers temps je les sollicite beaucoup à travers les croquis que je vous partage. Ils ne peuvent être que d’encre et de papier, pourtant en ce moment je sens en eux une certaine fatigue. Peut être n’est ce qu’une projection de moi, de mon état ?

L’Intrigant, un des personnages phare de mon oeuvre, se veut plus compréhensif moins dans le contrôle de son espace. Maintenant, c’est lui qui m’inspire. Qui me guide. M’assagit. Car oui, il arrive que la chose prenne le dessus sur le créateur. Peut être même qu’aujourd’hui, je l’avoue (d’un égo éventré), je crois d’avantage en mes personnages qu’en moi même.

Je décide donc de les amener dans un petit cottage en campagne. Tous exténué par le voyage en Kangoo, ils cherchent les coins d’herbe les plus mous du jardin pour s’empresser de rejoindre Morphée et leur liberté en chantier. Me voilà alors, sur ma chaise à bascule (semblable à Ma Dalton) contemplant l’apaisement de mes oeuvres, sourire en coin, comme satisfait de la vie que je leur offre.

Un artiste, je le crois (ou plutôt même j’en suis sur), n’est jamais vraiment loin de son travail. Quand il se repose, il pense à sa prochaine mise en scène. Comment vais-je disposer, représenter, cette sensation que j’avais tenté de décrire dans mon calepin? « Le foudroiement rouge de la naissance du veau face à moi encore blottit dans le ventre de sa mère ». « Le fracas du vent sur la chaîne de production des fourmis ». Toutes ses idées, tout ce besoin de création, je sais malgré tout que je n’en serais pas capable sans eux, mes plus fidèles compagnon. Ces êtres de bonheur et d’amour.

Quand, de sa tendre main, elle me proposa cette aventure d’un clair obscur. Je me défis. Le parcours sinueux qu’elle s’empressait de rejoindre ne me figea que l’instant d’une création. L’été était pourtant bien là, de rhume et d’alcool, sur la terrasse jaune de l’oubli. Eclairé par l’ombre de notre nuit.

Entre mouettes et mégots je vous remercie. J’espère que cet article vous aura plu, si oui n’hésitez pas à vous abonner et à participer à la vie du blog en effectuant un don.

Ponctuel
Mensuellement
Annuellement

Réaliser un don ponctuel

Réaliser un don mensuel

Réaliser un don annuel

Choisir un montant

$5.00
$15.00
$100.00
$5.00
$15.00
$100.00
$5.00
$15.00
$100.00

Ou saisir un montant personnalisé

$

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Faire un donFaire un don mensuelFaire un don annuel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :